Est-ce que tes bottines suivent tes babines?

Arrête d’avoir peur de qui tu es.

Quand tu prends une décision, quand à l’intérieur de toi ça crie haut et fort que tu veux jouir de la vie, parce que tu le mérites.


Quand tu fais ton tableau de visualisation ou que tu prends tes résolutions.


Est-ce que tu te mets en action? Est-ce que tes bottines suivent tes babines?


Je vais te raconter une histoire, à ma première année de Cégep, j’ai dû me sauver à Québec, en cachette, pour me libérer de l’amour trop lourd et protecteur de mes parents.


J’avais eu une proposition, une fois, j’avais demandé la permission…ça avait été N.O.N.


La deuxième fois, je n’ai pas demandé, j’ai menti et je me suis sauvée. Je me suis fait prendre, je me suis fait punir, j’ai braillé…Mais, j’avais quand même gagné une forme de respect et la liberté d’être qui je voulais être.


Maintenant, cette “sauvette” à Québec est devenue une histoire drôle qu’on raconte dans le temps des fêtes, car en bon cégépiens, on était partis en bazou et au retour, on a fait une partie de la route à reculons dans une tempête de neige.

Et ma mère me l’a dit…tu n’avais pas le choix, on te protégeait trop.


Je voulais vivre ma vie, j’avais décidé de me libérer de leurs peurs, de leurs croyances et mes bottines ont suivi mes babines. Je suis passée à l’action pour créer mon bonheur de jeune femme.

J’ai arraché le « plaster » d’un seul coup, ça fait mal sur le coup, mais les résultats sont réels.


Lorsque tu apprends à t’aimer, te choisir et te prioriser pour cultiver le bonheur au quotidien, parfois ça fait peur. Les gens, qui t’aiment et te voient changer, vont vouloir te protéger.


Mais, tu vas devoir agir quand même…ceux qui t’aiment vraiment vont continuer de t’aimer, les autres, on s’en fout un peu.


Dans la quarantaine, il est temps de passer à l’action, ce n’est plus le temps de te juger, de te comparer ou d’être dans la peur du regard des autres.


« Les autres » lorsqu’ils te voient cultiver ton bonheur en te mettant en action, bien tu les sors de leur zone de confort, c’est pour cette raison que sans le vouloir, ils vont « essayer » de te protéger en te communiquant leurs peurs et leurs croyances.


Pour se libérer, on apprend à défaire des masques. Et, j’en ai portés pour me protéger, pour ne pas déplaire : Accoucher en racontant des blagues pour ne pas être faible ou vulnérable. C’est un masque énorme que je défais petit à petit…encore aujourd’hui. Mon masque de la femme forte est très puissant, il m’aide et me nuit en même temps.


Cultiver le bonheur au quotidien, ce n’est jamais fini, c’est une route que l’on choisit, chaque matin en ouvrant les yeux, ça apporte toujours plus de libération et d’amour de soi.


Si tu as du mal à dire non ou à te prioriser…tu portes peut-être le masque de l’héroïne, ou de la perfectionniste ou un autre masque qui t’aide à avancer, mais qui te prive de la femme extraordinaire que tu pourrais être en l’enlevant.

Il est temps de mettre tes bottines et d’affirmer haut et fort qui tu es.

Simplement en te choisissant.


Je te repose ma question du début : As-tu peur de qui tu es?


Est-ce que tu laisses ton syndrome de l’imposteur te ralentir ? Tu es assez, tu es légitime, tu es responsable de ta vie, aime-toi en tout temps et jouis de la vie en cultivant le bonheur au quotidien.


Arrête de miser sur le succès, permets-toi de vivre l’expérience de la joie quotidienne.


Il n’y a que 2 options : Gagner ou Gagner.

Un revers ne veut pas dire que tu es nulle, ça ne te définit pas. Plus tu te plantes souvent, moins tu as peur de recommencer.


J’ai été punie de m’être choisie en me sauvant à Québec, mais j’ai gagné la liberté d’assumer cette femme que je devenais et qui voulait profiter de la vie.


En apprenant à te choisir, tu vas dire oui à la femme extraordinaire de 40 ans qui sommeille en toi.

Tu vas te défaire du regard des autres, même s’ils t’aiment en conservant ta belle motivation à te prioriser.

Tu vas gagner en confiance en accueillant qui tu es.


Apprendre à vivre en pleine conscience au quotidien, pour cultiver le bonheur et apprécier ta route et ainsi que les défis et les obstacles.


Énergétiquement, les gens qui s’investissent dans une démarche, ressentent un vent de changement…c’est un signe clair que tu es prête à vivre une transformation.


Beaucoup plus que si tu restes seule dans ton coin, sans support moral extérieur.


Je suis, de plus en plus une funny yogi, pour que mes enfants puissent eux aussi se choisir, se prioriser et s’aimer, pour qu’ils cultivent le bonheur au quotidien et sachent transformer les défis en force et les obstacles en motivation.


La psychologie positive et le yoga, ce n’est pas de voir la vie en rose et de nier la réalité, c’est apprendre à vivre plus heureux, épanoui et en phase avec soi-même et c’est en installant ceci dans votre quotidien que vous inspirerez les autres à le faire aussi.


Tu as des questions? Réserve un appel.


Tu veux avoir de mes nouvelles plus souvent, inscris-toi à mon infolettre.

Articles Récents
Archives
Recherche par tags