Cinq astuces pour que l’amour survive aux enfants et au quotidien !

J’aurais pu vous parler des célibataires, je l’ai déjà été, je peux vous parler de couples heureux, j’en ai eu et j’en ai un, mais je choisis de vous entretenir sur les difficultés du quotidien qui parfois enveniment nos relations, et souvent pour pas grand-chose.


On ose à peine le dire, on le chuchote à notre meilleure amie et encore. Les enfants, ce n’est pas facile sur le couple, avouons-le ! En tout cas, aujourd’hui, je vous le dis ! Tous les défauts de l’autre deviennent plus lourds, on ne voit plus que ça. Je ne dis pas ça parce que mon couple va mal, je dis même que nous formons une super équipe de travail, on se complète à merveille. Cependant, depuis la naissance de notre fils qui aura deux ans le 19 février prochain… nous ne sommes pas sortis une seule fois seuls tous les deux. On peut dire qu’il y a du rattrapage à faire, et comme je vous l’ai déjà dit, j’ai aussi un fils de 12 ans, le meilleur des fils de douze ans qu’il est possible d’avoir. Cependant, lui aussi apporte certaines discussions plus houleuses entre nous deux. Les enfants ébranlent nos valeurs, celles que nous souhaitons inculquer, l’éducation que nous avons reçue versus celle que nous voulons leur donner, l’argent que nous voulons dépenser pour leurs besoins ou les gâter.


J’aurais beau vouloir vous donner des conseils sur l’amour, pffff, je ne suis pas meilleure qu’une autre puisque je me suis séparée du père de mon grand, et en ce moment, je me dis qu’il est temps que je mette l’épaule à la roue pour que mon couple en redevienne un… et pas seulement une équipe du tonnerre ! Ne vous méprenez pas, nous avons encore tout plein de gestes d’affection l’un pour l’autre à tous moments, mais pour mes douze mois de bonheur, il serait bien que nous redevenions « juste » des amoureux à l’occasion et que les petits accrocs du quotidien prennent moins de place.


Je ne vous dirai donc pas quoi faire, mais tout simplement, ce que moi je vais essayer ou cesser de faire.


1— ÉPROUVER DE L’AMOUR AVANT DE CRITIQUER : la première chose est de moins critiquer, cesser de pointer les défauts et me concentrer sur les qualités. Faire une liste de ses qualités, me souvenir des raisons de mon amour pour lui, au tout début. Je dois revoir des images de lui qui ont fait battre mon cœur et qui sont demeurées ancrées dans ma mémoire. Alimenter ces souvenirs, le soir en m’endormant, et m’en souvenir quand je veux lui faire un reproche. Prendre 2 secondes pour y penser avant de critiquer… on a souvent le défaut de nos qualités, donc s’il ne se lève pas suffisamment rapidement du sofa à mon goût, je n’ai qu’à me dire que ça me donne le droit, à moi aussi, d’être plus détendue, de me mettre moins de pression, car en avoir deux comme moi dans une maison, ce serait vraiment épuisant !


2— CESSER DE S’ACCORDER PLUS DE CRÉDIT : Prendre le temps de reconnaître ce qu’il fait. Oui, c’est moi qui cuisine, fais le gros de l’épicerie, frotte un peu plus, mais pour tout dire, j’aime bien cette partie des tâches. De son coté, il s’occupe de notre fils de façon admirable, et s’il me dit merci pour le bon repas, pratiquement chaque soir, je ne lui dis pas aussi souvent merci d’avoir pris soin de notre petit amour. On accorde souvent plus de crédit à ses propres tâches (même si je les aime, ça demeure des tâches) qu’à celles de l’autre. Il accomplit beaucoup d’autres choses aussi… que je n’aime pas : poubelle, litière, balayeuse, pelletage (j’aime juste ça quand la neige est légère), tondeuse, etc. En fait, c’est pour ça que je dis que nous formons une bonne équipe, nous n’avons pas de liste de tâches, le tout s’est déterminé naturellement. Et même si parfois je voudrais que ça se fasse plus vite, ça finit par se faire et c’est très bien ainsi.


3— CHANGER SA FAÇON DE RÉAGIR : je crois que pour éviter ces petits problèmes quotidiens, il faut cesser de se plaindre et de rejeter la faute sur l’autre, assumer ses responsabilités et modifier sa réaction face à un comportement. Je reviens encore au yoga, on ne peut pas changer l’autre et son comportement, mais on peut changer notre façon de le recevoir, de le vivre. Je veux transformer mes habitudes négatives en habitudes aimantes : respirer, prendre du recul, être plus calme, relativiser, dans le but de continuer d’aimer, aimer toujours plus pour qu’il soit encore là quand les enfants partiront.


4— ÉLIMINER TOUJOURS ET JAMAIS : Lorsque je veux discuter ou reprocher quelque chose, j’ai la fâcheuse habitude de dire: tu fais TOUJOURS ça ou tu n’agis JAMAIS ainsi. Je fais une généralisation d’un comportement, ce qui l’agace au plus haut point, et il a bien raison parce qu’il est impossible qu’il fasse toujours ou jamais, la même chose ! Je vais tenter de remplacer ces deux vilains mots par certaines fois. Car « les toujours et les jamais » sont blessants et encouragent l’autre à justement cesser le BON comportement que nous recherchons.


5— M’EXCUSER, NE PAS LAISSER MON ÉGO DIRIGER : Lors de situation de conflit, il faut s’excuser. (Je dois dire que je me suis beaucoup améliorée, mais…) Il ne faut pas demeurer sur notre position et nous dire que c’est l’autre qui a tous les torts. Certaines femmes (pratique du #4 éviter de généraliser), comme moi, ont tendance à bouder, à tout le moins se taire et se dire que c’est LUI qui à tort et qu’il devrait s’excuser. En pratiquant le point #3, pourquoi ne pas voir ce que nous avons fait ou dit pour envenimer la situation et plutôt que de la laisser traîner, aller voir notre amoureux pour s’excuser ? Le climat en redeviendra plus agréable et il fera probablement la même chose à son tour. Il sera alors temps de parler avec douceur et expliquer, en parlant au JE, ce que nous voulions qu’il comprenne et il pourra faire de même.


Il y a tellement de petits gestes que nous pouvons modifier, comme cesser de croire que l’autre est télépathe, ne pas lui faire de reproche devant les enfants, cesser de faire des choses pour avoir reconnaissance et admiration, mais les faire pour soi, cesser de prévoir la réaction de l’autre (il va être fâché, je vais donc lui dire ceci ou cela) ou encore se créer des attentes (il sera tellement reconnaissant).


Il y a aussi ce que nous devons conserver, les gestes quotidiens de tendresse, continuer d’alimenter nos passions individuelles, lui avec ses photos, moi avec le yoga, lui continuer de jouer au volleyball, moi aller avec mes amies au restaurant ou aller au SPA., continuer de se respecter et de s’encourager.

Oui, oui, je promets que dans les prochains mois, nous ferons garder et prendrons un après-midi pour marcher main dans la main et manger dans un restaurant qui sert autres choses que des quarts de poulet cuisse ou poitrine…


Samedi prochain, c’est la St-Valentin, la mienne sera avec les enfants autour d’une fondue au chocolat, parce que pour moi l’amour c’est celui de la famille, des miens, de ceux que je chéris le plus au monde. Et même, s’ils prennent toute la place dans mon couple, ils me font devenir une meilleure personne et je ne veux pas que ça change. Fête commerciale ou pas, prenez le temps de dire à votre amoureux, à vos enfants, à votre famille que vous les aimez. Même si on dit qu’on se le montre à l’année, montrez-vous le encore ce jour-là parce qu’on ne se dira jamais trop que l’on s’aime !!!

Articles Récents
Archives
Recherche par tags