La vie rêvée !

La vie dont je rêve, est-elle vraiment celle que je veux ?

Octobre, j’ai dit que c’était mon mois pour passer à l’action, cela vient avec certains constats, dont je me doutais, c’est probablement l’une des raisons qui fait que je reportais le projet depuis un bon moment.

Apprendre à me connaître à travers ce processus. Imaginer une vie idéale est une chose, se donner les moyens pour la créer en est une autre. Cela vient avec beaucoup de travail, de recherche, de lecture et de rencontre. Il y aura aussi la sollicitation, l’achat de matériel, avoir la discipline d’écrire, de lire, de continuer à étudier et surtout la pratique au quotidien.

Installer de nouveaux éléments à ma routine existante est stimulant, mais l’idée est de le faire dans le bonheur, ce qui vise à ne pas modifier la vie de ceux que j’aime le plus, soit ma famille. Je ne veux pas leur voler de temps, perdre des bisous et des câlins. Un bébé qui me dit à mon retour du travail : « colle plait, colle plait », ça vaut tous les projets du monde.

Le plaisir dans la discipline ; depuis une semaine, je m’impose de travailler sur mon projet au moins 30 minutes par jour. Je découvre alors que j’y passe plus de temps que prévu, j’en perds même la notion du temps, je m’en réjouis. Je souhaite qu’il ne s’agisse pas seulement de la fébrilité des débuts.

Souhaiter une vie se rapprochant le plus possible de ses valeurs impliquera certains renoncements. Mon premier est certainement banal pour plusieurs, cesser d’écouter autant (TELLEMENT TROP) de séries télés. La croissance d’une passion nécessite du temps, il fallait que je le prenne ou ça dérangeait le moins les miens. J’utilise donc celui-ci pour écrire.

Du temps, j’en ai trouvé un peu le matin, je me lève une demi-heure plus tôt, 5 h 30, cela me permet d’être maquillée et coiffée quand mon petit monde quitte la maison à 7 h. Il me reste alors 1 h pour méditer, faire ma séance de yoga… et bien entendue, m’habiller pour le bureau. Évidemment, il ne s’agit pas de yoga chaud (il faudrait bien que je l’essaie d’ailleurs)… tant qu’à aborder le sujet, parlons-en un peu. Je fais du viniyoga, un yoga basé sur la coordination souffle et mouvement, la respiration détermine la longueur du mouvement, ce qui permet d’être entièrement dans le moment présent. Quand je dis que j’étudie en yoga, on me demande souvent ; si je suis rendue bonne ? Je réponds que je suis rendue bonne pour me choquer moins rapidement, je suis moins irritable, ou encore que mes irritations durent moins longtemps qu’avant. On imagine souvent que le yoga n’est que posture acrobatique. Celui-ci apporte beaucoup plus le calme, la paix et l’amour dans nos vies, qu’un simple corps souple et tonique… ce qui n’est pas négligeable non plus. J’avais besoin des deux, croyez-moi !

Mettre du rêve dans sa vie, ça demande du temps et des efforts… aurais-je le courage de transformer le rêve en réalité ? Ce qu’il faut garder en tête c’est que le rêve ne doit pas être un but à atteindre, mais bien les étapes qui le forment. Chaque séance de yoga, de méditation ou d’écriture me rapproche de cette vie rêvée par le plaisir qu’ils m’apportent au quotidien, qui fait en sorte de vivre bien maintenant !!

Semaine 2 : Le concret, discuter avec des organismes

Articles Récents
Archives
Recherche par tags